Horloger-chronométrier anglais ( 1749-1829), Thomas Earnshaw a marqué son époque en permettant de produire à plus grande échelle le chronomètre de marine, dont il a simplifié le mécanisme.

Thomas Earnshaw et John Arnold

Né le 4 février 1749 à Ashton-under-Lyne, Thomas Earnshaw est apprenti horloger dès l'âge de 14 ans. Il fait ses premières armes dans un atelier londonien. Très vite, il se lance dans une série de systèmes destinés à améliorer le fonctionnement de l'horloge de transit de l'Observatoire royal de Greenwich. Ses inventions suivantes consacrent la balance de compensation bimétallique avec deux matériaux soudés et l'échappement à détente. Si l'histoire lui en attribue la paternité, la controverse est très vive à l'époque. Car le travail de Thomas Earnshaw est inséparable de celui d'un autre horloger de talent : John Arnold.

 Deux pionniers et une controverse


Les deux hommes sont rivaux et se disputent âprement l'invention du mécanisme détente-ressort qui permet de gagner en précision. John Earnshaw y travaille depuis 1780 et montre l'avancée de ses travaux à John Brockbank. Ce dernier l'aurait trahi en divulguant son invention à John Arnold. Les deux hommes prétendent donc ensemble à l'obtention du brevet d'invention et créent les modèles de chronomètres destinés à prouver leur bonne foi. Celui de Thomas Earnshaw est équipé d'une balance à compensation bimétallique, à l'inverse de celui de John Arnold. La version d'Earnshaw l'emporte, car on considère alors qu'elle est plus simple à produire. Néanmoins, aujourd'hui, il est courant d'associer les découvertes des deux hommes et d'affirmer ainsi qu'ils ont participé ensemble à la conception de méthodes de production du chronomètre de marine efficaces et modernes. La première bénéficiaire sera la marine anglaise, alors en plein essor. Thomas Earnshaw s'éteint en 1829 à l'âge de 80 ans.